D’une huitre à une imprimante 3D.

La star des fêtes de Noël, l’huitre a décidé de s’allier à l’innovation qui a le plus de succès en ce moment, l’imprimante 3D. C’est l’idée totalement insolite qu’une entreprise novatrice a eu pour utiliser l’intégralité de ce produit marin, très utilisé dans plusieurs domaines et les cosmétiques notamment.
Le but de cette start-up est de créer un nouveau type de fil pour imprimante 3D qui se compose essentiellement de poudre de coquille d’huitre. Cette idée est bien pensée puisque c’est une innovation très écologique qui permet de limiter l’utilisation de matières premières dans l’industrie. Il est possible que cette nouvelle poudre améliore les qualités d’impression de manière optimale.
Le marché de la reconversion de ce produit phare des fêtes connait beaucoup de succès et crée de nombreuses opportunités pour l’entreprise.  Pour diversifier son offre de produits, la société a pour ambition d’utiliser les algues qui sont très utilisées en cosmétiques.
Les entreprises françaises innovantes sont toujours à l’avant-garde des idées du moment et savent très bien s’allier à l’écologie.

les huîtres et l'imprimante 3D

La seconde vie des huitres s’ouvre à la cosmétique mais aussi à la nourriture pour animaux.

Savoureusement appréciées durant les festivités de fin d’année, les huîtres sont aussi adorées par les animaux. En Charente-Maritime, qui est le premier département français de production du produit marin, une entreprise a également décidé de se spécialiser dans son recyclage après la consommation.  Cet établissement a installé de nombreux containers chez les ostréiculteurs afin de récolter à la source,  toutes les huîtres consommées.
La coquille est utilisée pour l’alimentation des poules après avoir été séchée afin d’en éliminer toutes les bactéries présentes, et broyée. La poudre obtenue est essentielle pour qu’une poule puisse produire les coquilles de ses œufs. Cette pratique connue depuis déjà bien longtemps connait un regain de notoriété à travers cette entreprise. Cette poudre contenant beaucoup de calcium est très utilisée dans le domaine de la cosmétique et de la pharmaceutique également.
La plupart de ces innovations montrent qu’un simple déchet de produit marin peut devenir une révolution dans différents domaines bien distincts.

Les villes seront-elles bientôt sous-marines ?

Le pari de Vincent Callebaud, l’architecte vert, peut paraître totalement surréaliste. En effet, cet homme a pour projet de créer une véritable ville sous l’eau avec de nombreux gratte-ciels sous-marins.
Depuis maintenant plusieurs années, la pollution de nos océans ne cesse de s’aggraver notamment à cause de l’activité humaine. Pour contrer ce phénomène qui prend de l’ampleur, l’architecte a eu l’ingénieuse idée de vouloir construire un village sous-marin, Aequorea, imprimé en 3D à partir des détritus qui polluent nos vastes étendues d’eau.
Tous les objets, bouteilles, sacs, bidons etc.. sont récoltés dans les océans puis broyés pour former la matière de base à la construction des structures du village. Ils seront par la suite utilisés comme composante des aequoreas, les gratte-ciels sous-marins. Ceux-ci ressembleront à des méduses géantes et seront construits grâce à des imprimantes 3D spécialement conçues pour l’architecture.
Ce projet n’est pas d’actualité, mais au vu l’avancée fulgurante des innovations technologies, il se pourrait que ce village sous-marin voit le jour dès 2050. Il répondrait à la problématique de logement que rencontrent les réfugiés climatiques qui ont perdu leurs habitats à cause de la montée des eaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>