L’imprimante 3D s’installe dans le monde de la cuisine.

L’imprimante 3D évolue dans tous les domaines de manière fulgurante et rapide. Le développement de cet outil est  notamment visible dans le monde culinaire. L’agriculture et l’alimentation sont plus facilement gérées par les Hommes depuis l’arrivée de la 3 dimensions.
La recherche et l’avancée technologique permettent à l’humain de maitriser au maximum ses besoins dans l’agriculture et l’alimentation.
Le marché de l’impression 3D de nourriture est un secteur ayant un avenir prometteur et de nombreuses entreprises créent des nouveautés dans ce domaine.
La start-up Modern Meadow a pour projet de créer une imprimante 3D offrant la possibilité de produire des cellules de viandes bovines au travers de la bio-impression. A l’heure actuelle, le prototype n’est pas optimisé au maximum et recréer un steak haché coûte la « modique » somme de 300 000 dollars, ce qui est  un peu cher pour de la viande…
Cependant, les imprimantes 3D possèdent un bel avenir en cuisine et deviendrait peut-être une des solutions pour régler les problèmes de pénuries de nourriture dans les pays les moins développés du monde.

541

Une application mobile contre le gaspillage alimentaire.

Le gaspillage alimentaire est un problème majeur dans les pays développés et est la source de pertes de nourriture hallucinantes. Une start-up française a donc décidé de lancer une application pour smartphone, Optimiam, afin d’éviter de jeter de la nourriture encore consommable.
Son but est d’informer les clients sur les excédents alimentaires périssables disponibles chez les commerçants et donc en promotion.
Chaque jour, le commerçant actualise son inventaire en ligne et suit au mieux l’avancée de ses stocks. Le consommateur est au courant de l’évolution minute par minute et ressort vite gagnant grâce à des prix réduits.
Le marchand n’est pas perdant non plus, puisque l’application lui permet d’agrandir sa notoriété et de trouver de nouveaux clients intéressés par la nourriture à bon prix comme les étudiants ou par l’aspect écologique de l’application.
Optimiam est présente partout en France et procède actuellement à une collecte de fonds pour s’étendre à l’international.

Les restaurants s’adaptent pour éviter les gaspillages alimentaires.

Depuis janvier 2016, une recommandation entre dans la mise en application de la loi sur les bios déchets. La  prescription incite les restaurateurs à proposer à leurs clients un « doggy bag » afin qu’ils puissent repartir avec les restes non mangés de leurs plats.
Cette recommandation n’est pas obligatoire mais est fortement conseillée afin de réduire de manière considérable le gaspillage alimentaire. Les gros restaurants sont les premiers concernés puisque ce sont eux qui réalisent les plus importants déchets alimentaires.
La pratique du « doggy bag » est très répandue dans les pays anglo-saxons où presque tous les restaurants le proposent. En France, le succès n’est pas encore au rendez-vous mais nous souhaitons qu’il connaisse un véritable boom d’ici quelques années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>